Picto_Video ISR Eau

Investir en faveur de l’eau

Eau

Besoins exponentiels, pollution, sécheresses chroniques… Tous ces éléments posent bien évidemment la question de l’accès à l’eau, thématique d’avenir, dont on estime l’augmentation des besoins de l’ordre de 10 % par an pour les 20 prochaines années.*

L’eau, un enjeu vital pour les prochaines années

La croissance démographique et l’augmentation du niveau de vie ont entraîné un doublement en 30 ans de la consommation de l’eau au niveau mondial, tant pour l’agriculture que pour l’industrie et les ménages. L’eau est une ressource rare dont la demande devrait s’accroître aussi bien dans les pays émergents que dans les pays développés. Ces derniers, en effet, doivent faire face à la vétusté des infrastructures de traitement et de distribution d’eau et devront, en conséquence, engager de lourds investissements. En outre, on s’attend à ce que la consommation de produits agricoles augmente significativement dans les prochaines années du fait de la croissance de la population mondiale et de la hausse des niveaux de vie. Or, la production agricole nécessite des quantités importantes d’eau et donc contribue à l’augmentation de son prix. Il faut garder en tête que sans eau, un être humain ne peut survivre plus de trois jours. L’inaction n’est pas permise. Plusieurs mesures d’envergure devront être prises pour résoudre ces problèmes et, ainsi, permettre l’accès à l’eau au plus grand nombre. Enfin, le dérèglement climatique entraîne également une aggravation des périodes de sécheresse et d’inondations, et accentue la raréfaction de l’eau. Tous ces éléments font de l’accès à l’eau un enjeu majeur pour l’avenir ; ce sont des catalyseurs de croissance sur le long terme.

Quelles solutions aujourd’hui pour lutter contre la raréfaction de l’eau ?

Plusieurs actions devront être mises en place pour résoudre les problèmes exposés

ci-dessus et permettre l’accès à l’eau au plus grand nombre :

  • Équiper les pays émergents en installations modernes de traitement et de distribution d’eau
  • Économiser l’eau utilisée dans la production agricole animale et végétale
  • Rendre plus efficients les systèmes d’adduction d’eau existants pour en réduire les taux de fuite. C’est particulièrement vrai dans certaines grandes villes comme Londres, Rome ou Mexico où les réseaux sont vétustes
  • Améliorer le traitement des eaux usées
  • Limiter la pollution des nappes phréatiques

Les entreprises qui sont impliquées dans la recherche de solutions à ces problèmes devraient bénéficier des investissements considérables qui sont attendus en la matière.

L’eau, source de toutes les croissances

Parvest Aqua est un fonds actions qui investit dans des titres de sociétés internationales dont l’activité est afférente à l’eau. Cela comprend notamment : les technologies de traitement, d’économie et de recyclage de l’eau, l’installation, l’entretien et la rénovation des réseaux d’adduction d’eau, l’assainissement des eaux usées et la dépollution, le traitement, le recyclage, l’entretien des réseaux de distribution… Ces entreprises sont, en général, aussi bien engagées dans les pays développés que dans les pays émergents. Par ailleurs, il peut s’agir de petites ou de grandes capitalisations.

* Source : estimation BNPP AM

Parole de gérant

« Le réchauffement climatique exacerbe les problèmes d’accès à l’eau ; des travaux d’envergure devront être entrepris pour y faire face, comme recycler les eaux usées (c’est déjà le cas en Israël), capter et stocker les eaux pluviales ou désaliniser l’eau de mer grâce à l’énergie solaire. Nous privilégions les valeurs, souvent de taille moyenne, qui devraient bénéficier au mieux de ces travaux. C’est ce qui caractérise notre fonds et en fait un produit attractif créateur de valeur. »

Hubert Aarts et Bruce Jenkyns-Jones, co-gérants de la stratégie Aqua chez Impax AM